Oui, il est temps que je me réveille ! Parce que là, ça fait quelques jours semaines mois que j'ai sombré dans une espèce de léthargie intellectuelle pas très brillante.
Non pas que je ne fasse rien, car mes journées sont tout de même assez remplies, mais j'ai cette désagréable impression de tourner en rond, que certains sujets n'avancent pas comme je le voudrais.
Il faut dire aussi que passer du statut de salarié "confortable" à celui de chômeur bien occupé, pour enfin endosser la tenue du travailleur indépendant, dans une profession "artistique" qui plus est, n'est pas toujours simple. Et cela s'accompagne de quelques vagues, qui prennent parfois l'allure de lames de fond !

Ceci étant dit... je viens d'accrocher l'expo "Bem-vindo a Lisboa" pour la troisième fois depuis septembre dernier ; cette fois-ci, c'est à l'agence Logi-Ouest, 9 route de Carquefou, à Nantes.
Ce n'est pas une galerie, loin de là, mais l'endroit est agréable et bien éclairé. Il manque juste du recul, puisque les images sont accrochées en majorité dans un couloir. Un large couloir, certes, mais un couloir tout de même !

Ben-vindo Logi-Ouest

Je ne boude pas pour autant, comme on dit "il faut faire avec ce qu'on a" ! Les endroits "institutionnels" dédiés à l'exposition de photos sont rarissimes à Nantes, c'est d'ailleurs un véritable scandale. Et lorsqu'on interroge l'adjoint au maire chargé de la culture - un chanteur aux "cheveux de paille", meneur d'un groupe de musique bretonne comprenant trois dénommés "Jean" - cela ne semble pas l'émouvoir plus que ça. Dommage tout de même, pour une ville de près de 300 000 habitants qui se veut un pôle culturel régional...

Pendant que je suis dans le coin, je me dois aussi de remercier Flore, qui m'a envoyé la photo dont elle parlait dans ce billet.
J'ai donc bien reçu cette vue de Düsseldorf, et bien que les initiales de l'auteur ("HRC") ne me semblent pas inconnues, je ne vois absolument pas qui il (elle) peut être...

Dusseldorf
"Düsseldorf", © HRC

Si il (elle) passe par ici et souhaite se manifester, je lui en saurais gré...


Enfin, last but not least, une des raisons pour lesquelles je vais devoir me réveiller ; si cela se confirme, je pourrais être l'organisateur du "off" d'un assez prestigieux festival photographique du "Grand Ouest". Un festival breton, pour tout dire. Je suis à la fois terriblement excité, et un peu inquiet de voir que les choses trainent en longueur. Le festival débutant avec le mois de juin, il reste 3 mois pour organiser la chose. Rien de trop, à mon humble avis...