Olivier, photographe nantais.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 4 juillet 2013

1 an...

Il y a 1 an jour pour jour mes parents quittaient leur maison à la campagne pour intégrer un appartement en centre ville.
La décision était motivée par l'état de santé de mon père, devenu trop faible pour entretenir une si grande maison et tant de terrain.
Alors le matin du 4 juillet nous étions "sur le pont" de bonne heure, pour finir d'emballer ce qui devait l'être, pour guider les déménageurs, ou aider au chargement des camions.
Le soir la maison était à moitié vide et l'appartement pas encore habitable. Nous allions donc coucher à l'hôtel, et nous avons diné au restaurant.
Mon père avait besoin de se requinquer, et il a commandé une viande rouge accompagnée de frites. En précisant à la serveuse, un peu étonnée : "bien grasses les frites !". Et d'ajouter "aujourd'hui c'est mon anniversaire, vous ne pouvez pas me refuser ça...".
C'était il y un an.
Depuis il y a eu le premier Noël sans lui. Aujourd'hui c'est son premier anniversaire-sans-lui...


vendredi 7 décembre 2012

Bételgeuse

Bételgeuse est l'alpha de l'Orion. Pour les non-initiés (dont je fais partie !) cela signifie que Bételgeuse est la première étoile - la plus brillante - de la constellation d'Orion. C'est une supergéante rouge, une étoile en fin de vie, un des astres les plus brillants de la voie lactée. Elle est connue depuis l'antiquité et comme tous les astres remarquables elle guide les hommes dans les déserts et alimente les pensées mystiques.
Au milieu du XIXe siècle John Herschel en a décrit la variation de luminosité ; pour la petite histoire, John Herschel est aussi celui qui a "inventé" le fixateur utilisé en photographie argentique.

Il y a 50 ans, un jeune homme fut suffisamment insatisfait de sa vie pour envisager de "faire le chemin de Bételgeuse", de rejoindre l'éternité des étoiles. Comme parfois en pareil cas, il a suffit d'un non-évènement, d'une présence fortuite, d'une parole, pour l'arrêter dans son funeste projet. Ce jeune homme c'était mon père.

De cette difficile période de sa vie, il avait gardé le goût d'une indépendance acquise au prix de quelques risques. Et c'est sans doute pour ça qu'il a été mon plus fidèle soutien lorsque j'ai décidé de me lancer dans la photographie à titre professionnel.

Il y a quelques semaines, après s'être battu pendant plusieurs années contre la maladie, il s'en est allé pour de bon sur le chemin de Bételgeuse.
Je ne suis pas certain d'avoir encore bien "intégré" cette disparition.
Pourtant, quelques indices tangibles sont bien présents...

DSCN3177.jpg
Photo A. Guitard

samedi 8 septembre 2012

Finies...

Les vacances sont finies, il a bien fallu rentrer à la ville, reprendre une vie "normale", loin des moments privilégiés sur une falaise au dessus d'une mer turquoise, loin des frissons au pied d'une scène de spectacle et l’œil rivé au viseur, loin des moments de plus en plus précieux en compagnie d'un proche dont on sait que ses jours sont comptés...

Après ces quelques semaines de “déconnexion intense” j’ai vu arriver la rentrée avec un peu d’appréhension ; reprise de la vie associative, du train-train des réunions, de la course aux clients, des devis sans réponse et des factures payées en retard, à nouveau les gens qu'on préférerait ne pas revoir, les jours qui raccourcissent et le soleil qui se fait plus rare, et la routine des trucs pas enthousiasmants…

Toutes ces choses qui font que, finalement, on apprécie d’autant plus quand revient le temps des longues marches sur le GR34, des grillades avec les copains, ou des après-midi à lézarder à la terrasse d'un café.
L’été est (presque) mort, vive l’été !!!



"Bien viser..."