J'étais donc à quelques encablures de Quimper pendant le festival de Cornouaille, et il aurait été dommage de me priver d'y faire quelques apparitions.
D'autant plus que Red Cardell y jouait, accompagné du Bagad Kemper.

Qu'on se le dise, si je ne suis pas fan du folklore en tant que tel, j'aime la musique celtique. Donc une certaine forme de musique bretonne ; disons que s'il y a quelques sonneurs de cornemuse ou de bombarde, et que la mélodie est plus "dansante" que "narrative", il y a de fortes chances que ça me plaise. Et si le tout s'acoquine joyeusement avec le rock ou le jazz, le succès est garanti à mes oreilles.

Les Cardell il y a longtemps que j'en entends parler ; depuis que je sévis au Photo Club Nantais je vois régulièrement les photos de mon copain Vonnic, qui suit ce groupe depuis un paquet d'années. Au point d'être devenu un peu leur photographe attitré lors des concerts sur le Grand Ouest. Red Cardell tourne depuis 20 ans, et Vonnic les suit depuis probablement plus de 10 ans.

Et un beau jour de juin 2011, alors que je traversais Plogonnec, j'ai aperçu une affiche qui annonçait "prochainement Red Cardell en concert", à l'occasion de l’anniversaire du club de foot local. Tout un programme !
Un coup de fil plus tard, Vonnic me confirmait qu'il en serait, et que cela constituerait une bonne occasion de me présenter au groupe, et de me faire assister pour la première fois à un de leurs concerts.
Il faut bien dire que, le jour J venu, j'ai été conquis par la musique des 4 garçons. La présence du Bagad ar Meilhou Glaz, une des formations composant le Bagad Kemper ajoutant à ce coup de cœur.


Conquis au point de guetter le prochain concert proche de Nantes, ou d’échafauder des plans plus ou moins réalisables pour aller assister aux représentations plus lointaines, j'ai dû attendre juin 2012, et un passage au Dynamo Café à Nantes, pour revoir Red Cardell. Leur musique est enjouée, vive et festive ; elle respire la joie de vivre et le bonheur d'être sur scène, elle traduit aussi les moments moins roses de la vie, et donne à connaître un peu de la culture bretonne... c'est un joyeux melting pot comme je les aime.

Nos routes se sont donc de nouveau croisées, en cette fin du mois de juillet, à Quimper.
J'en profite pour remercier Vonnic, qui a encore joué les entremetteurs. Et bien sûr les Red Cardell, qui m'ont gentiment ajouté sur leur liste d'invités, pour que je puisse leur faire des photos du concert. Sans oublier Soizick Fonteneau, l'attachée de presse du festival, qui au dernier moment à fait en sorte que je puisse opérer dans les mêmes conditions que les photographes officiellement accrédités.
Et même si j'étais là essentiellement pour faire des photos, j'ai profité au mieux de ce concert magique, sur les terres du groupe et devant une "salle" conquise. Magie due non seulement à la présence du groupe, mais également à celle de Louise Ebrel, incroyable d'énergie malgré ses 80 ans. A la présence également du violoniste Pierre Stéphan. Et surtout à celle du Bagad Kemper.
Dans la fosse, au pied de la scène et dans un espace pas trop "pollué" par le son amplifié qui inonde la salle, on prend soudainement conscience de l'incroyable puissance du Bagad, et des 50 et quelques sonneurs qui sont sur scène. Le genre de chose qui me hérisse facilement les poils des bras !!!

Mais allez, assez parlé, il est temps d'écouter de quoi on cause !
Vous pourrez commencer par cette répétition de "Coeur léger" lors du Fest-rock de décembre 2011.

Et si vous aimez, continuez avec "Les Gueux", emmenés par le rouleau compresseur Manu Masko à la batterie ; là je ne fais évidemment pas référence à son gabarit, mais bien à la puissance de son jeu !

Alors, vous en pensez quoi, vous, de Red Cardell ???


(Et pour les photos du concert, c'est par là...)